Documentatie

De Standaard en La Libre | Interviews minister Sven Gatz

In twee interviews laat de nieuwe minister van Cultuur, Media, Jeugd en Brussel, Sven Gatz, in zijn kaarten kijken wat betreft zijn beleid. Zowel in het interview met De Standaard als dat met La Libre gaat hij in op de rol van de culturele organisaties in Brussel en op het belang van het samenwerkingsakkoord tussen de Vlaamse en Franse Gemeenschap. 



In De Standaard antwoordt hij op de vraag wat hij met het samenwerkingsakkoord van plan is het volgende: ‘Ik dacht echt dat het er nooit zou komen. Dat hebben Joke Schauvliege en Fadila Laanan mooi voor elkaar gekregen. Ik vergelijk het verdrag met een kartonnen doos: ze is kwetsbaar en ze is leeg. Als ze twee jaar onder de drup staat, valt ze uiteen. Ik heb contact opgenomen met Joëlle Milquet om daar een inhoudelijke invulling aan te geven. In eerste instantie is Brussel daar misschien het uitgelezen toneel voor, aangezien we er allebei de bevoegdheid voor hebben. Wie weet kan bijvoorbeeld Bozar daar ook een rol spelen.’ In La Libre geeft hij een soortgelijk antwoord over het samenwerkingsakkoord, maar gaat dieper in op de rol van de culturele organisaties in Brussel:


Vous assumez aussi les Affaires bruxelloises au sein du gouvernement flamand. Quelle est votre vision de la culture à Bruxelles ?

Vous connaissez les institutions phares (KVS, Kaai, etc.) qui doivent continuer à jouer un rôle très important sans être pour autant des "ambassadeurs de Flandre". Bruxelles 2000 avait montré qu’on pouvait faire à Bruxelles des choses ensemble, avec toutes les communautés. Ce fut décisif. Quand je vois aujourd’hui des accords entre l’AB et le Botanique, entre le KVS et le Théâtre National, je me rappelle que c’eût été inimaginable quand j’étais jeune ! Toutes ces maisons doivent se parler et cela peut donner des ailes à Bruxelles. On pense souvent qu’Amsterdam est une plus grande ville culturelle que Bruxelles, mais, en fait, c’est le contraire, mais il faut aider à mettre cette énergie qui bouillonne à Bruxelles au service de tous.

Vous voulez activer l’accord culturel entre les Communautés signé par les ministres Laanan et Schauvliege, mais resté jusqu’ici lettre morte.

C’est amusant : la dernière question que j’avais posée à Mme Schauvliege avant de quitter la politique fut sur cet accord. Maintenant, il est là et tant mieux, mais le danger est qu’il s’évanouisse comme une boîte en carton vide sous la pluie. Un de mes tout premiers contacts comme ministre sera très bientôt avec ma collègue francophone Mme Milquet. Nous verrons ce qu’on peut faire ensemble, quelles initiatives concrètes on peut prendre. Mon administration m’a transmis une trentaine de propositions. Il faut trouver quelque chose de marquant, sans doute à Bruxelles au début, et ailleurs ensuite. Je suis un pragmatique, je ne veux pas trop, mais arriver à mes fins. Je vous annonce aussi que la Flandre va investir dans Mons 2015. Quand ce fut Bruges 2002, la Communauté française y était, c’est bien la moindre des choses de rendre la pareille et d’être à Mons l’an prochain avec des initiatives.

La culture fédérale reste très importante à Bruxelles, avec Bozar, la Monnaie, les musées, etc. Quel est votre point de vue sur son avenir ?

Il ne faut pas scinder ces institutions. Elles sont là, elles ont un savoir-faire remarquable et on peut très utilement collaborer avec elles. J’en ai discuté il y a peu avec Paul Dujardin de Bozar. Ces institutions font partie du tissu bruxellois, et peuvent collaborer avec les nôtres et jouer le rôle de catalyseur.

Lees het artikel ‘Een kunstenaar moet niets’ (enkel voor abonnees), De Standaard, vrijdag 5 september 2014. Lees het artikel 'Swen Gatz: '"J’aime le côté rock star de Jack Lang"' (enkel voor abonnees), La Libre, jeudi 4 september 2014.

Beleid