Actu

Suite à une opération de police chez Globe Aroma, le secteur réagit

Suite à l'opération policière menée ce vendredi chez Globe Aroma - centre artistique et d'accueil pour réfugiés - et ayant conduit à l'arrestation de sept personnes, le secteur culturel s'engage en publiant une carte blanche dans le Standaard. Nous vous en livrons la traduction dans cet article.

Carte blanche parue dans le Standaard du 12/02/2018

disponible ici en NL >>> (accès payant)

Traduction et adaptation FR réalisée par le RAB/BKO

Agents, restez loin des sans-papiers !

Ce vendredi 9 février, une vingtaine d’agents de la police fédérale a envahi Globe Aroma, centre artistique bruxellois qui accueille depuis quinze ans des primo arrivants-artistes. La police évoque un contrôle « multidisciplinaire », comme s’il s'agissait là d'une forme d'art. Plusieurs témoins ont surtout vu une razzia très agressive et brutale.

Pourquoi tant de démonstration de pouvoir ? Bien que non officiellement, il apparaît que cette action soit conforme au « Plan Canal » du ministre Jan Jambon. Le but n’était-il pas de scanner la zone Canal-Bruxelles pour détecter les signes du radicalisme, du terrorisme et de l'extrémisme violent ? Apparemment, cela justifierait entre-temps aussi l'assaut des associations sociale et culturelle.

Vendredi, sept artistes sans papiers ont finalement été arrêtés. Ils auraient participé à l’ouverture d’une exposition de la Ville de Bruxelles avec aussi le travail des artistes de Globe Aroma. Ils ont fini la nuit derrière les barreaux ! Entre-temps deux d’entre eux se trouvent dans un centre fermé et quatre autres ont obtenu un ordre de quitter le territoire.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les initiatives culturelles et sportives avec un large objectif de diversité urbaine bruxelloise sont soudainement envahies par les agents de police. Il y a quelques mois, cela s’est passé  aussi chez deux organisations socio-sportive dont une fois pendant un cours chez des enfants de six à huit ans.

Ces raids musclés vont au-delà de notre approche nationale des sans-papiers. La prise en otage du travail de jeunesse ou des associations culturelles témoigne d’intimidation politique pure. Elle vise non seulement les sans-papiers, mais aussi tous ceux qui y font face consciemment ou inconsciemment. Les citoyens qui viennent en aide aux migrants sans-abri dans le Parc Maximilien en leur offrant  un endroit pour dormir, peuvent en témoigner. Même les gens ayant des papiers, qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs, sont traumatisés par cette razzia et sont tout sauf optimistes quant à l'évolution de notre climat culturel.

L'invasion de Globe Aroma indique une schizophrénie croissante. Au plus les décideurs politiques  prônent une intégration active, au plus sévère est leur approche contre toutes sortes d'initiatives offrant aux nouveaux arrivants un espace ouvert pour qu’ils puissent par leurs talents contribuer au vivre ensemble de notre société. Notre politique d'intégration risque de dérailler dans son contraire.

Il n’y a pas moins de trois ans, le ministre flamand Gatz a appelé notre secteur culturel à s'impliquer dans la crise de l'asile, à travers des projets avec des nouveaux venus: «L'art et la culture peuvent être un baume pour les réfugiés ». La Ville de Bruxelles subventionne également Globe Aroma et d'autres organisations socioculturelles en raison de leur travail avec les nouveaux arrivants et les demandeurs d'asile, avec ou sans papiers. C’est comme ci le gouvernement soufflait chaud et froid.

Après l’épisode de vendredi, il souffle avant tout froid.  En moins de deux heures, l'invasion intimidante de la Police Fédérale et du SPF Finances a fait disparaître toute la confiance que Globe Aroma avait accumulée depuis quinze ans auprès de son public: « Ici ce sont vos talents qui comptent, pas vos papiers». Adieu à  ce havre de sécurité créatif, qui, pour ce type d'organisations à bas seuil, est crucial pour faire le travail culturel que les politiciens eux-mêmes demandent.

Qui va suivre? (Dans le cadre du décret flamand sur la participation, 22 organisations ont récemment reçu une subvention pour des projets de participation avec des groupes cibles vulnérables dans les domaines de la culture, du travail de jeunesse et du sport). Ces dernières années, plusieurs projets se sont concentrés spécifiquement sur les primo arrivants et les réfugiés, tels que : Refu-Interim, Cinémaximiliaan, le réseau United stages qui s’est créé à Bruxelles.  Ces projets figurent-ils maintenant sur une liste noire ? Peuvent-ils bientôt s'attendre à une descente de police, sous le couvert d'une vérification spéciale de la législation à but non lucratif?

Le «baume» risque de devenir un piège. Quel réfugié ou demandeur d'asile se tournera vers une organisation culturelle ou sportive en toute tranquillité? Quel travailleur culturel, jeune ou sportif ose encore ouvrir la main ou ouvrir la porte dans ces circonstances?

Lorsque des terroristes dangereux et des artistes pacifiques sont mis dans le même panier par nos décideurs, ils devraient surtout commencer à se demander ce qui ils sont devenus eux-mêmes. Alors que les habitants les plus vulnérables de nos villes deviennent des gibiers sauvages, nous faisons tous partie d'un terrain de chasse. En effet, si l'on soupçonne chaque humanité envers les nouveaux venus, et que l'on craint constamment les invasions d'agents pour les sans-papiers, notre société éclairée devient un état policier sombre.

L'invasion de vendredi au Globe Aroma n'est pas un détail. Si de nombreuses petites solutions aux problèmes d'intégration apparaissent comme le problème majeur, nous approchons d'une frontière essentielle: la frontière entre les droits humains fondamentaux en tant que développement culturel et la violence aveugle de l'Etat. Pointer les armes vers les personnes qui pratiquent le fitness ou le théâtre est au-delà de cette limite.

C'est pourquoi nous exigeons un signal clair de nos décideurs, les ministres Jambon, Gatz et Muyters (ministre du sport) et du côté francophone Alda Greoli pour la culture et Rachid Madrane pour le sport. Allons-nous arrêter avec nos préoccupations culturelles ou sportives pour les primo arrivants, ou arrêtez-vous de leur faire peur? La réponse nous apprendra pour quel type de « Vivre ensemble » nous voterons bientôt.

Signataires:

Guy Gypens (Kaaitheater), An Van den Bergh (Demos), Frie Leysen (curator), Els Rochette (Globe Aroma), Myriam Stoffen (Zinneke), Michael De Cock (KVS), Mo­hamed Ikoubaân (Moussem), Tom Bonte (Beursschouwburg), Christophe Slag­muylder (Kunstenfestivaldesarts), Ann Olaerts (RITCS), Dirk De Clippeleir (AB)



Revue de presse (en cours):

Politique

La ministre de la culture Alda Greoli s'exprime sur la descente de police ayant eu lieu à l’association Globe Aroma.
Vlaams minister van Cultuur, Media, Jeugd en Brussel Sven Gatz heeft getracht meer informatie te verzamelen.
Le ministre flamand de la Culture réagit à l’opération policière et souhaite interpeller les ministres au fédéral.
Le bourgmestre de Bruxelles souhaite d'avantage de clarté concernant la descente policière survenue chez Globe Aroma.

Prises de position


Avis secteur culturel

Fabrice Murgia dénonce l’action policière qui a mené vendredi à l’arrestation de personnes sans-papiers dans l’association culturelle Globe Aroma. Il évoque une “rafle” perçue comme “un acte terroriste” par la scène culturelle.
Suite à la descente de police aux locaux de Globe Aroma, Fabrice Murgia – directeur du Théâtre National – se questionne sur cet acte et s’exprime sur l’importance des secteurs culturels et associatifs face aux idées dangereuses.
De directeur van het Théâtre National hekelt de politieactie die vrijdag leidde tot de arrestatie van mensen zonder papieren in de vzw Globe Aroma.
Michael De Cock (artistiek leider van de KVS) spreekt over de Politieactie bij Globe Aroma.
Guy Gypens (algemeen directeur van de Kaaitheater) spreekt over de Politieactie bij Globe Aroma.
Franky Devos  (Vooruit) en Dominique Willaert (Victoria Deluxe) mengen zich in het debat na de inval bij de Brusselse vzw Globe Aroma.
Verschillende kunstenaars spreken over Globe Aroma.

Presse 

Article Mediapart.
Bart Eeckhout (hoofdredacteur van De Morgen) spreekt over de Politieactie bij Globe Aroma.
Globe Aroma heeft steun gekregen van andere cultuurhuizen na de inval van vrijdagavond.
Grondwetsspecialist Koen Lemmens (KULeuven) spreekt over de Politieactie bij Globe Aroma.
Wat te denken van de inval van de politie bij de opening van een tentoonstelling? Dat de stap van een schilderij maken naar terreur klein geacht wordt? Of dat een stok om een hondje te slaan wel erg snel gevonden is?
Wie? Directeurs van Brusselse culturele instellingen en organisaties
Wat? Het beleid vraagt de kunstensector om in te zetten op nieuwkomers en hun integratie. Hoe kunnen mensen zich daar veilig voelen als de politie er binnenvalt en hen oppakt?
La police a débarqué vendredi soir dans les locaux de Globe Aroma, ASBL artistique qui accueille des sans-papiers. On a procédé à des arrestations. Les directeurs du Kaaitheater et du KVS, entre autres, se mobilisent.

Diversité

Actu

Des changements dans l'équipe du RAB

L'équipe du Réseau des Arts à Bruxelles change, avec notamment le départ de Margaux Bernard, qui travaillait au RAB depuis janvier 2018, et qui se dirige vers d’autres aventures culturelles pour devenir chargée de communication chez Court-Circuit asbl. Nous lui souhaitons le meilleur dans cette nouvelle étape professionnelle ! Sa position est dès lors vacante, et un autre poste "événement et administration" est également lancé pour venir renforcer l'équipe commune du RAB/BKO. Une période transitoire pleine de promesses qui demande, bien entendu, un certain temps d'adaptation. Il est donc possible que les mises à jour du site web soient moins régulières et pas toujours disponibles dans les deux langues au cours des prochaines semaines. Nous vous remercions pour votre compréhension à cet égard !
Secteur artistique & culturel Emploi
Actu

Le registre UBO : que devez-vous savoir pour votre ASBL ?

Pour le 30 septembre 2019, les ASBL devront remplir le registre UBO (« Ultimate Beneficial Owner ») ; une conséquence de l’application d’une directive européenne relative à la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, et à la limitation de l’utilisation des espèces. Toute structure, ASBL ou Société doit obligatoirement remplir ce registre pour y encoder leurs « bénéficiaires effectif ». L’objectif est de permettre une plus grande transparence sur l’identité de la personne physique qui se cache derrière votre société ou ASBL. Les règles varient selon le type d’organisation : qu’en est-il exactement pour votre ASBL ?
Actu

ENGAGEMENT | Plus de cinquante dossiers d'abus de pouvoir dans le secteur des arts ont été soumis

Des contrats courts, le travail à la pige et un secteur avec principalement des hommes au sommet. Ce sont des ingrédients qui rendent le monde de l’art vulnérable aux abus de pouvoir. Au lendemain du mouvement mondial MeToo, la danseuse et historienne de l'art bruxelloise Ilse Ghekiere a donc créé ENGAGEMENT. BRUZZ lui a parlé de l'organisation, qui a traité plus de cinquante dossiers depuis sa création.
Secteur artistique & culturel
Actu

Réduire sa consommation d’énergie avec le Pack Energie

Comment réduire sa consommation d’énergie (et sa facture !) lorsqu’on est une petite structure ? Initié par Bruxelles Environnement et déployé par les fédérations partenaires Bruxeo, Comeos, Santhea et UCM, le Pack Energie permet de bénéficier d’un coaching énergétique professionnel, personnalisé, gratuit et complet, du diagnostic à la mise en œuvre, avec, à la clé, la possibilité d’un soutien financier.
Durabilité
Actu

Des meilleures conditions pour les artistes et travailleur.euse.s du culturel : bonus de fin d'année et formation payée pour les pigistes

Grâce à un accord intersectoriel flamand (Vlaams Intersectoraal Akkoord - VIA) conclu entre les partenaires sociaux et le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz, toute personne travaillant dans le secteur des arts de la scène et de la musique aura droit à une prime de fin d'année à partir de 2019. En outre, des ressources sont également libérées pour réduire le temps de travail non rémunéré des pigistes. Avec ces réalisations, les partenaires sociaux du secteur veulent s'attaquer aux conditions précaires de nombreux artistes et travailleurs culturels.
Secteur artistique & culturel Politique