Actu

Coupures budgétaires du Gouvernement flamand : et Bruxelles dans tout cela ?

Comme en Flandre, Bruxelles est touché par les décisions budgétaires prises par le Gouvernement flamand pour le secteur culturel et artistique. Depuis quelques semaines, les réactions se multiplient au nord mais également au centre du pays. 

Qu'en dit Bruxelles ? On reprend, ici, les principaux arguments avancés contre les coupes budgétaires.


Pour rappel, voici un résumé chiffré :

  • Brusselfonds : 2,9 millions d'euros (-45% du budget)
  • Budget de la VGC via le Stedenbeleid : 1 million d'euros (-6% du budget)
  • Subsides du secteur culturel et autres : 3,8 millions d'euros (de -3% à -6%)
  • Budget de Bruxelles : 0,66 millions d'euros (-6% du budget)
  • Dotation de la VGC : reste stable à 27 millions d'euros 

Assez rapidement, Philippe Close (PS), bourgmestre de Bruxelles, avait annoncé sur son compte Twitter :

"Des solutions et des moyens pour préserver une offre culturelle large et innovante en néerlandais et en français. La culture enrichit et rend la société plus forte. La culture flamande fait partie de l'ADN de Bruxelles" 
Source : L’opposition flamande fustige les économies prévues dans les subsides au secteur culturel, La Libre, 11/11/2019.

Bruxelles, délaissé pas le Gouvernement flamand ?

Plusieurs personnalités, politiques ou issues du secteur culturel, pointe une volonté du gouvernement de s'éloigner de Bruxelles.

Hannelore Goeman (one.brussels) évoque un déséquilibre dans la répartition du budget :

"De Vlaamse regering bespaart in totaal 8,6 miljoen euro op Brussel, terwijl het nieuwe Denderfonds en het Randfonds elk 4 miljoen euro per jaar zullen krijgen. De Rand is de speeltuin van Ben Weyts, hij heeft zichzelf gewoon budgettaire marge gekocht. En Brussel is het slachtoffer."
[Traduction du RAB/BKO] "Le Gouvernement flamand économisera au total 8,6 millions d'euros à Bruxelles, tandis que le Denderfonds et Randfonds recevront chacun 4 millions d'euros par an. Randfonds est le terrain de jeu de Ben Weyts, il vient de s'acheter une marge budgétaire. Et Bruxelles en est la victime."
Source : Bettina Hubo, Bram Van Renterghem, Kris Hendrickx, De Vlaamse besparingen: hoe reageert Brussel?, Bruzz, 4/12/2019.

Johan Leman, président du Foyer, voit dans ces mesures le symptôme d'un fossé grandissant entre Bruxelles et la Flandre.

Bert Anciaux (sp.a) estime que ces mesures sont le signe d'un non-respect des engagements pris dans les accords de gouvernement : 

"Er is een beweging ingezet naar meer gewestvorming, en die trend dreigt meteen ook het separatisme dichterbij te brengen. Want hoe meer Brussel bevoegd wordt voor gemeenschapsmaterie, hoe minder het de hoofdstad zal zijn van alle Belgen.”
[Traduction du RAB/BKO] "Un mouvement de régionalisation a été initié, et cette tendance menace d'accélérer le séparatisme. Plus Bruxelles sera compétente pour les affaires communautaires, moins elle sera la capitale de tous les Belges".
Source : Kris Hendrickx, Wat de besparingen over de band Vlaanderen-Brussel zeggen, Bruzz, 4/12/2019.

Plusieurs autres personnalités politiques flamands ne partagent pas la même opinion quant aux relations entre la Flandre et Bruxelles.

Brigitte Grouwels (CD&V) : 

"Vlaanderen investeert alles tezamen jaarlijks nog steeds een miljard euro in Brussel. Je kan dus niet zeggen dat Vlaanderen Brussel loslaat."
[Traduction du RAB/BKO] "Au total, la Flandre investit encore 1 milliard d'euros par an pour Bruxelles. On ne peut donc pas dire que la Flandre lâche Bruxelles.
Source : Bettina Hubo, Bram Van Renterghem, Kris Hendrickx, De Vlaamse besparingen: hoe reageert Brussel?, Bruzz, 4/12/2019.

Annabel Tavernier (N-VA) :

"Ook voor het beleidsveld Brussel verwachten we enige solidariteit, maar het is zeker niet zo dat Vlaanderen Brussel loslaat. Het is belangrijk om naar het grotere plaatje te kijken. Want via onderwijs, sport, inburgering enzovoort, investeren we jaarlijks ongeveer 1 miljard euro in Brussel."
[Traduction du RAB/BKO] "Nous attendons également une certaine solidarité pour le domaine politique bruxellois, mais il ne s'agit pas de lâcher Bruxelles pour la Flandre. Il est important d'avoir une vue d'ensemble. Après tout, via l'éducation, le sport, l'intégration civique, etc, nous investissons chaque année environ un milliard d'euros à Bruxelles."

Source : Source : Bettina Hubo, Bram Van Renterghem, Kris Hendrickx, De Vlaamse besparingen: hoe reageert Brussel?, Bruzz, 4/12/2019.

Certains voient dans ces décisions un moyen d'accélérer la mise en place du "Canon flamand", annoncé dans les accords du Gouvernement flamand, visant à revaloriser la culture flamande.

Sur ce point, Tom Bonte (directeur du Beursschouwburg, président du BKO) qualifie la situation de "paradoxale" :

"Geen enkele andere stad is zo geschikt als vitrine voor Vlaanderen als Brussel"
[Traduction du RAB/BKO] "Aucune autre ville n'est aussi belle que Bruxelles comme vitrine pour la Flandre"

Source
: Kris Hendrickx, Wat de besparingen over de band Vlaanderen-Brussel zeggen, Bruzz, 4/12/2019.

Convaincu que ces décisions soient plus d'ordre économique qu'idéologique, Michael De Cock (directeur artistique du KVS) évoque une occasion manquée de la NV-A de mettre la culture flamande en avant :

"Ze kijken jaloers naar Catalonië, waar er een grote culturele gedragenheid is voor onafhankelijkheid van de regio. Daar hadden ze hier ook aan kunnen werken door de culturele wereld naar waarde te schatten. Maar die kans hebben ze gemist."
[Traduction du RAB/BKO] "Ils regardent la Catalogne avec jalousie, qui a un grand soutien culturel pour l'indépendance de la région. Ils auraient pu travailler là-dessus en valorisant le secteur culturel, mais ils ont raté cette opportunité".
Source : Bettina Hubo, Bram Van Renterghem, Kris Hendrickx, De Vlaamse besparingen: hoe reageert Brussel?, Bruzz, 4/12/2019.

De son côté, Benjamin Dalle (CD&V), ministre des Affaires bruxelloises au Gouvernement flamand, ne partage pas ces critiques qu'il considère comme disproportionnées, selon une interview dans Bruzz. 

"Je voelt dat Brussel vandaag al niet zo geliefd is in Vlaanderen en door om de haverklap te verkondigen dat Vlaanderen Brussel loslaat, voed je alleen maar de polarisering. Terwijl we net meer moeten samenwerken."
[Traduction RAB/BKO] Vous avez le sentiment que Bruxelles n'est pas très populaire en Flandre aujourd'hui mais, en disant au pied levé que la Flandre lâche Bruxelles, vous ne faites qu'alimenter la polarisation. Alors que nous avons besoin de travailler plus ensemble."

Source : Kris Hendrickx, Wat de besparingen over de band Vlaanderen-Brussel zeggen, Bruzz, 4/12/2019.

Les coupures budgétaires toucheront les plus faibles

C'est un point fréquemment repris du côté du secteur culturel. 

Pour rappel, les subsides de fonctionnement seront réduits de 6%, de 3% pour les 7 institutions culturelles principales (Ancienne Belgique, Concertgebouw Brugge, Antwerp Symphony Orchestra, deSingel, Kunstencentrum Vooruit, Kunsthuis (Opera Ballet Vlaanderen), Vlaams Omroeporkest en Kamerkoor). 
Les subsides relatifs aux projets, particulièrement utilisés par les jeunes artistes et les jeunes organisations, seront réduits de 60%.

Tom Bonte :

"Je ne comprends qu'on vise les plus faibles et qu'on épargne les plus forts [...] Notre plus grande inquiétude concerne l'économie des 60% sur les projets car on touche à la catégorie la plus fragile du secteur culturel"
Source : Pauline Deglume, Bruxelles ressentira les coupes budgétaires réalisées en Flandre, l'Echo, 11/11/2019. 

Nikolas Lestaeghe (metteur en scène au KAK) :

"Zeker in Brussel zijn projectsubsidies een noodzaak. In Vlaanderen kunnen jonge kunstenaars terecht in kleine kunstencentra als Campo, Monty en de Kaap."
[Traduction du RAB/BKO] "Les subventions de projets sont nécessaires surtout à Bruxelles. En Flandre, les jeunes artistes peuvent toujours se rendre dans les petits centres artistes comme Campo, Monty et de Kaap."
Source : Bettina Hubo, Bram Van Renterghem, Kris Hendrickx, De Vlaamse besparingen: hoe reageert Brussel?, Bruzz, 4/12/2019.

Des réformes brutales et non-concertées 

Une partie des critiques porte aussi sur la manière dont ces coupes budgétaires ont été imposées subitement, et sans concertation, aux acteurs et institutions culturelles.

Michael De Cock :

"Nu willen ze wel praten met de sector, maar dat hadden ze voordien moeten doen. Deze reactie hadden ze niet verwacht."
[Traduction du RAB/BKO] "Maintenant, ils veulent parler au secteur, mais ils auraient dû le faire avant. Ils ne s'attendaient pas à cette réaction en retour"
Source : Bettina Hubo, Bram Van Renterghem, Kris Hendrickx, De Vlaamse besparingen: hoe reageert Brussel?, Bruzz, 4/12/2019.

Désireux de laisser le bénéfice du doute à Jan Jambon pour faire avancer la situation, Tom Bonte dénonce un manque de communication en amont :

 "Dat een nieuwe beleidsploeg andere accenten wil leggen is legitiem. Maar nu gebeurt het midden in afspraken die al gemaakt zijn en volgens criteria die onuitgesproken zijn. Zeg toch eerst wat je visie is en kijk dan hoe organisaties daar willen op inspelen."
"Il est légitime qu'une nouvelle équipe politique mette l'accent sur différents aspects. Mais aujourd'hui, cela se passe au milieu d'accords qui ont déjà été conclus et selon des critères qui ne sont pas énoncés. Dites-nous d'abord quelle est votre vision et voyez ensuite comment les organisations veulent y répondre."
Source : Kris Hendrickx, Wat de besparingen over de band Vlaanderen-Brussel zeggen, Bruzz, 4/12/2019.
 

Revue de Presse

FR/

NL/

Secteur artistique & culturel Politique Infrastructures culturelles Emploi

Actu

Gouvernement flamand | Coup d'œil sur le processus de développement du nouveau Kunstendecreet

Suite à la publication de la Strategische Visienota Kunsten en mars 2020, le ministre flamand en charge de la Culture, Jan Jambon, a lancé une procédure de révision du Kunstendecreet ("le décret des arts"). Le Kunstendecreet, c'est quoi ? Pour quelles disciplines artistiques ? Quelles sont les différentes étapes vers une nouvelle législation ? Où en est-on aujourd'hui ? Dans cet article, on vous récapitule le tout.
Secteur artistique & culturel Politique
Actu

Découvrez les 5 équipes retenues pour la conception du nouveau pôle artistique et créatif « Manchester » à Molenbeek

Sur base du rapport d’analyse de la Société d’Aménagement Urbain (SAU), la Région de Bruxelles-Capitale a retenu 5 équipes chargées du redéveloppement en pôle artistique et créatif des bâtiments situés aux 13-15 et 17-19 rue de Manchester à 1080 Molenbeek-Saint-Jean.
Secteur artistique & culturel Infrastructures culturelles Développement territorial