Documentation

VGC & RABBKO | Compte-rendu de la note de vision stratégique pour le secteur culturel

Le 4 décembre dernier, Pascal Smet, chargé de la Culture, de la Jeunesse, du Sport et des Centres communautaires au Collège de la VGC, ainsi que le RAB/BKO, ont organisé une matinée de réflexion adressée au secteur culturel. 

Le but ? Inscrire quelques recommandations destinées à la note du ministre flamand en charge de la Culture sur la vision stratégique dans le secteur culturel et artistique.

Nous vous relayons, ici, le rapport des discussions en tables rondes. Pour rappel, celles-ci étaient réparties en 5 thématiques distinctes :

  1. Paysage artistique interculturel et international
  2. Déploiement de talents 
  3. Technologie et écologie dans le secteur artistique et culturel
  4. Carrière artistique et culturelle 
  5. Grandes et petites organisations du réseau bruxellois

Paysage artistique interculturel et international 

  • Bien que les termes "international" et "interculturel" soient différents avec leurs propres implications, il est difficile de parler d'internationalisation, dans le contexte de Bruxelles, sans parler de diversité.
  • Bruxelles est la vitrine mondiale de la culture et des arts flamands et bruxellois. Ce point doit être valorisé dans ce sens. 
  • Travailler avec un public international et diversifié est un véritable défi pour les organisations concernées. Dans les faits, nous constatons que le personnel n'est généralement pas le reflet du public bruxellois international et diversifié. Ce qui explique, notamment, les difficultés d'accessibilité des organisations. Par exemple, une équipe diversifiée et internationale permettra à certains groupes de se rapprocher plus facilement des organisations artistiques néerlandophones.
  • Le terme "diversité" recouvre non seulement l'origine mais aussi le multilinguisme, le LGBTQ, les personnes handicapées (personnes en fauteuil roulant, malvoyantes, etc.) et les différences de classe sociale.
  • En ce qui concerne l'interprétation de la diversité mentionnée ci-dessus, il a été suggéré de lier les subventions à la diversification des conseils d'administration. 
  • Un meilleur soutien a été demandé, surtout pour la traduction et la communication. Travailler dans plusieurs langues implique un coût considérable, qui prend généralement une part conséquente du budget disponible.

Déploiement de talents 

  • Les artistes débutant.e.s, surtout, nécessitent un développement artistique par le biais du coaching. Il peut s'agir, par exemple, de modèles dans le secteur culturel et artistique, mais aussi d'experts d'autres secteurs qui peuvent donner un aperçu de certains aspects administratifs et pratiques liés au métier d'artiste. Cela comprend la rédaction de demandes de subventions, la connaissance des éléments juridiques et la connaissance de la réglementation.
  • Le développement du talent artistique s'accompagne souvent d'un travail intersectoriel qui doit être valorisé (culture, école, travail de jeunesse, etc.).
  • L’absence de lieux de représentations accessibles au grand public est une lacune importante dans le contexte bruxellois. 

Technologie et écologie dans le secteur artistique et culturel

  • Le contexte de la crise écologique actuelle et des progrès technologiques encouragent les artistes d'explorer davantage ces deux phénomènes. Il faut donc tenir compte de la nécessité de sensibiliser le public à l'écologie et de réfléchir à des solutions technologiques potentielles d'un point de vue culturel.
  • Dans certains cas, l'utilisation des ateliers offre une occasion unique aux artistes d'entrer en contact avec ces thèmes et de pouvoir travailler avec eux dans la pratique en comprenant les nouvelles technologies.
  • L'importance de la durabilité doit continuer à être soulignée, tant d'un point de vue technologique qu'écologique.
  • Concrètement, l'accent a été mis sur le libre partage de l'information et des connaissances à ce sujet via une plate-forme spécifique.

Carrière artistique et culturelle 

  • Les subventions de projets sont considérées comme l'un des éléments les plus importants pour soutenir les artistes tout au long de leur carrière.
  • Il y a une demande claire pour plus d'informations adressées aux artistes. Par exemple, le "guichet de démarrage" pourrait être utilisé pour partager des connaissances adaptées aux besoins de Bruxelles.
  • Concernant la rémunération des artistes, l'accent a été mis sur le travail préparatoire en vue du résultat final. Cet élément n'est que rarement pris en compte dans les calculs de financement. À cet égard, le système de subventions d'itinéraires est pratique car il prend en compte le processus de développement artistique.
  • Nous constatons qu'il existe une demande pour un budget d'aide à l'organisation d'une pratique artistique et culturelle.
  • L'accessibilité aux ateliers d'art doit être renforcée. Il s'agit d'un élément crucial pour les artistes dans le développement de leur carrière. Non seulement pour le matériel disponible, mais aussi dans le cadre d'un réseau qui se construit dans un tel environnement.
  • Il existe un besoin sérieux de sensibilisation et de mise en œuvre d'une pratique artistique et culturelle équitable. Il est crucial que le gouvernement travaille sur ce dossier et qu'il appuie également les programmes qui travaillent déjà sur ce point. 

Grandes et petites organisations du réseau bruxellois

  • Bruxelles présente un réseau complexe, composé de grandes et petites organisations artistiques et culturelles. Il est essentiel de stimuler les facteurs de croissance auprès des plus petites organisations. Il y a effectivement encore beaucoup de distance entre des organisations comme WIELS ou KVS et les différents ateliers artistiques que Bruxelles a à offrir.
  • Il est clair qu'il est nécessaire de développer davantage de plates-formes.
Secteur artistique & culturel Politique Infrastructures culturelles