Documentation

Fédération Wallonie-Bruxelles | Déclaration de politique 2019-2024

Au sein du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB, Communauté française), c'est Bénédicte Linard (écolo) qui devient Ministre de la Culture, et Valérie Glatigny (MR) Ministre de la Promotion de Bruxelles. Dans cet article, une synthèse des points relatifs à la culture au sein de la déclaration de politique générale au gouvernement de la FWB, pour la législature 2019-2024, ainsi qu'une revue de presse suite à la diffusion de cet accord.



Composition du Gouvernement


Au sein du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB, Communauté française), c'est Bénédicte Linard (écolo) qui devient Ministre de la Culture, et Valérie Glatigny (MR) Ministre de la Promotion de Bruxelles.

Bénédicte Linard est également Vice-Présidente, Ministre de l’Enfance, de la Santé, des Médias et des Droits des Femmes.

Valérie Glatigny, quant à elle, est également en charge de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement de la Promotion sociale, des Hôpitaux universitaires, de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de Justice, de la Jeunesse et des Sports.

La composition complète du gouvernement de la FWB est disponible ici >>>


Accord de gouvernement


Voici, par chapitre, une synthèse non exhaustive des propositions liées à la culture au sein de l'accord de la gouvernement de la FWB:

Chapitre 1er: Enseignement (p.5)


Dans le cadre de la réforme de l'enseignement (Pacte pour un enseignement d'Excellence) en cours, la dimension artistique et culturelle du parcours scolaire est inscrite dans le tronc commun pour tous les élèves.

D'une part: en donnant une place aux pratiques artistiques et culturelles en tant que moyen "d'aboutir à une véritable orientation positive pour tous les élèves, notamment en favorisant les collaborations avec les acteurs extérieurs" (p.8), et de "valoriser et développer les compétences et atouts de chacune et chacun" (p.9).

D'autre part: via le développement du PECA (Parcours d’Education Culturelle et Artistique). (p.9)

L’amélioration de l’orientation des élèves doit avoir pour objectif d’aider les jeunes à construire leur projet de vie et favoriser une orientation positive. [Pour ce faire,] le Gouvernement veut : [...] Offrir une éducation culturelle et artistique à chaque élève durant son parcours scolaire en garantissant le développement du PECA (parcours d’éducation culturelle et artistique) tel qu’inscrit dans le tronc commun et en renforçant les collaborations entre le monde culturel et l’école." (p.9)


Le gouvernement entend également davantage soutenir l'enseignement artistique et son personnel (p.12) et propose, en ce sens, de:

  • Permettre aux enseignants de l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit de donner cours dans l'enseignement fondamental 
  • Mettre des conseillers pédagogiques à disposition de ce type d'enseignement 
  • Fournir une aide administrative aux directions
  • Dresser un cadastre complet dans les écoles supérieures des arts des besoins prioritaires en locaux et matériel 
  • Considérer l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit (ESAHR) à sa juste valeur et améliorer les collaborations et partages de locaux avec les divers acteurs présents sur le territoire communal
  • Conserver le rôle social de l'ESAHR en garantissant la gratuité de l'inscription pour certaines catégories d'étudiants et permettre une valorisation officielle des compétences artistiques acquises
  • Mettre fin à certaines inégalités barémiques des enseignants et leur permettre des rémunérations adéquates 
  • Profiter du développement des nouvelles technologies et des pratiques pédagogiques pour faire évoluer cette filière


Chapitre 4: Recherche scientifique (p.24)

Le Gouvernement poursuivra les efforts de refinancement au profit de la recherche et de renforcement des collaborations avec les régions, notamment en:

"développant les projets de recherche communs entre les universités, les hautes écoles et les écoles supérieures des arts et soutenir la recherche dans les hautes écoles et les écoles supérieures des arts" (p.24).

Chapitre 10: Égalité des chances et droit des femmes (p.36)

Afin de lutter contre tout violence sexiste et discriminations imposées aux femmes, le Gouvernement entend notamment :

"Adapter le cadre législatif par secteur pour tendre vers la parité, d'ici 2024, dans les domaines les plus en retard tels que ceux de la culture et des médias et prendre en considération cet objectif dans l’attribution des subsides, bourses et autres directions de lieux culturels." (p.37)

Chapitre 11: Culture et éducation permanente (p.39)


"Le Gouvernement soutiendra une dynamique culturelle forte en s’appuyant sur une politique de création ambitieuse, une démocratie culturelle renforcée et une vision territoriale.


Démocratie culturelle et droits culturels (p.39)

Donner les moyens et outils à chaque citoyenne et citoyen, dès son plus jeune âge, de réfléchir et agir sur le monde qui l’entoure, de pouvoir inventer et s’exprimer à travers les arts et/ou la participation citoyenne, c’est l’objectif prioritaire du Gouvernement." (p.39)


A cet égard, le Gouvernement s’engage (p.39) à :

  • Offrir une éducation culturelle et artistique pour toutes et tous tout au long de la vie (via le parcours d’éducation culturelle et artistique, dans les milieux d’accueil, dans l’enseignement obligatoire, dans les académies, dans les écoles supérieures des arts, par la pratique en amateur, dans les maisons de jeunes, dans les AMO, etc.) ;
  • Renforcer la coopération volontaire entre les réseaux scolaires et culturels et adapter le transport et les horaires afin d’inciter à la généralisation du PECA ;
  • Valoriser les spécificités de l’action associative critique et active ainsi que renforcer l’éducation permanente dans son rôle capital en matière de participation citoyenne et de démocratie culturelle ;
  • Renforcer l'accès à la culture pour tous notamment à travers l'accessibilité financière des activités culturelles (avec un accent sur les publics scolaires), l’accessibilité en transports en commun, l’accessibilité physique des bâtiments, l’accessibilité renforcée pour les personnes déficientes sensorielles, en veillant à ce que chacune et chacun puisse franchir la porte des lieux culturels et participer activement aux pratiques culturelles, artistiques et créatives.

Politique de création (p.40)

"Le Gouvernement entend favoriser l’éclosion et le développement des talents. Le meilleur moyen de soutenir la création, c’est d’assurer aux professionnels de la création (artistes et techniciens) les conditions de vivre dignement." (p.39-40)


Pour ce faire, le Gouvernement s’engage (p.40) à : 

  • Renforcer l’emploi dans le secteur artistique, définir une obligation minimale de maintien et de création d’emplois artistiques dans les aides publiques et subventions et réaliser un cadastre des emplois artistiques en FWB
  • Accroître le soutien aux jeunes talents et des projets émergents via les subventions dévolues aux aides aux projets 
  • Soutenir le développement des disciplines émergentes et des pratiques et technologies novatrices dans le champ artistique, notamment celles liées au numérique, tant en termes de projets de création que de projets de diffusion (festivals, expositions, etc.) 
  • Œuvrer à un réel statut aux artistes et techniciens leur permettant d’avoir une vie professionnelle stable et un statut social décent et plaider pour la mise sur pied d’une conférence interministérielle impliquant les ministres concernés dont notamment les ministres de l’emploi et de la culture des différents niveaux de pouvoir


Valorisation de l'exception culturelle (p.40)

"Le Gouvernement défendra et valorisera l’exception culturelle en veillant à protection et à la promotion de la diversité des expressions culturelles." (p.40)

Le Gouvernement propose (p.40-41) notamment de :

  • Développer un véritable pôle des industries culturelles et créatives ;
  • Déployer des politiques de soutien aux institutions culturelles afin de garantir un maillage territorial qui assure à tous un accès équilibré à la création culturelle ;
  • Redéployer et soutenir la diffusion artistique en Fédération Wallonie-Bruxelles et à l’international en s’appuyant notamment sur les agences de Wallonie-Bruxelles International, le théâtre des Doms à Avignon et sur le Centre Wallonie-Bruxelles de Paris ; et adopter un décret relatif à la diffusion artistique afin de favoriser le rayonnement et la valorisation des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur son territoire et au niveau international ;
  • Compléter la logique de subventionnement spécifique aux secteurs en construisant une politique cohérente de soutien aux artistes et à la création ;
  • Encourager le mécénat et les dons, développer le financement participatif (plateformes de crowdfunding), et dans le respect de la liberté artistique, encourager les différentes formes de partenariats entre le public et le privé ;
  • Réorganiser de manière pérenne et transparente le financement de la culture pour diminuer la charge administrative qui pèse sur les artistes et les opérateurs culturels au profit de la création artistique ;
  • Mettre en place un soutien spécifique aux artistes dont le talent commence à être reconnu et la notoriété va croissant (plan "pépites") et à ceux dont le talent est établi (plan "grands talents") afin de favoriser leur diffusion tant en FWB qu’à l’étranger ;
  • Promouvoir les expressions artistiques dans les espaces publics, notamment en valorisant les arts du cirque, de rue et forains ;
  • Créer un organe de concertation en matière de politique culturelle regroupant toutes les entités compétentes, et notamment jeter des ponts entre les aides des différents niveaux de pouvoir ;
  • Relancer le guichet des arts pour renseigner et accompagner tout artiste ou porteur de projets dans son bassin de vie (conseils juridiques, promotion, soutien administratif, partenariats potentiels, matériel), en complémentarité avec d’autres opérateurs tels que Smart et les BSA ;
  • Développer une vision patrimoniale coordonnée en actualisant les décrets relatifs au patrimoine mobilier et immatériel et aux centres d’archives privées, en examinant attentivement la mise en œuvre du nouveau décret sur les musées et en établissant une concertation structurée entre les acteurs du secteur et les différents niveaux de pouvoir ;
  • Renforcer le rôle de pierre angulaire des centres culturels en FWB et tendre progressivement vers le plein financement des décrets existants dans le secteur socioculturel et le secteur artistique, en particulier les centres culturels et les bibliothèques publiques ;
  • Soutenir la création cinématographique en demandant à la RTBF d’intensifier ses collaborations avec les écoles d’art dramatique ;
  • Évaluer et réviser le décret sur les arts de la scène, en veillant au développement de ses secteurs, en particulier le théâtre jeune public ;
  • Encourager les initiatives de mutualisation des biens et des services entre opérateurs et acteurs culturels ;
  • Assurer une meilleure gouvernance au sein des institutions culturelles d’importance en renforçant le rôle du service de l’inspection dans son accompagnement ;
  • Défendre auprès des autres niveaux de pouvoir l’affectation d’une partie de la taxation des géants du numérique aux politiques culturelles ;
  • Renforcer la promotion des artistes et de l’action culturelle de la FWB dans les médias


Gouvernance culturelle (p.42)


Le Gouvernement aura une attention particulière sur la gouvernance culturelle. A cette fin, il souhaite :

  • Réformer la gouvernance des institutions culturelles pour y accroître la place des métiers artistiques et favoriser une gestion collaborative ;
  • Élaborer un plan d’action ambitieux visant à garantir l’objectivité, la gouvernance et la transparence dans toutes les décisions de politique culturelle et dans l’octroi des subsides (adoption d’une charte éthique, conflits d’intérêts, etc.) et, en termes de création, à renforcer la part des dépenses artistiques au regard des dépenses de fonctionnement (salaires de quelques directeurs, avantages divers, etc.) ;
  • Améliorer le fonctionnement des grandes institutions culturelles et s’assurer, via des mesures de transparence et des mécanismes subsidiant ad hoc, qu’elles ne sont pas favorisées au détriment de plus petits acteurs culturels ;
  • Activer rapidement la mise en œuvre du décret sur la gouvernance (ainsi que ses arrêtés d’application) tout en suivant de très près son évolution et sa praticabilité en assurant la présence de représentants des créateurs dans les organes d’avis ; le cas échéant, procéder à une adaptation du décret sur la gouvernance, en concertation avec le secteur, après évaluation du dispositif légal et réglementaire ;
  • Adopter un décret plafonnant les salaires de responsables de grandes institutions culturelles subsidiées, favoriser une plus grande mobilité à la tête des institutions en limitant dans le temps les mandats à la direction des grandes institutions culturelles (max. deux mandats successifs), assurer une transparence des procédures de nomination à la tête des grandes institutions (appel public à candidatures, jury composé d’experts internationaux, etc.) et garantir la transparence des rémunérations et frais des grandes institutions culturelles.

L'éducation permanente au cœur du développement d'une citoyenneté active (p.42)

Le gouvernement s'engage, en ce sens, à:

  • Mettre en œuvre la réforme du décret du 17 juillet 2003 relatif au soutien de l’action associative dans le champ de l’éducation permanente, réalisée en 2018, en adoptant les arrêtés d’application adéquats, en concertation avec le secteur ;
  • Encourager et soutenir le travail en réseau et en partenariat au sein du secteur et plus largement avec d’autres opérateurs du domaine culturel ou non ;
  • Mener une réflexion sur la pertinence de soutenir des projets, démarches ou modèles d’organisation innovants ou expérimentaux et de développer de nouveaux projets en éducation permanente, novateurs sur les méthodes, les contenus ou encore les publics ;
  • Plus largement, mener une réflexion approfondie et concertée sur l’adéquation des actions menées par les opérateurs au regard des besoins et attentes des citoyens.

Chapitre 12: Médias (p.43)

Le Gouvernement y propose notamment de :

"Soutenir le développement par la Wallonie et la Région de Bruxelles-Capitale, à partir d’un financement conjoint, d’un écosystème d’entreprises actives dans les métiers du numérique et des industries culturelles et créatives, qui pourra, le cas échéant, se structurer en pôle de compétitivité conjoint aux deux Régions" (p.44)


L'accord de gouvernement de la FWB est disponible dans son intégralité (pdf) ici >>>


Revue de presse

Secteur artistique & culturel Politique