Documentation

Bruxelles Environnement | Son amplifié : Guide pour les organisateurs d’événements et gestionnaires d’établissements

Si vous produisez ou diffusez du son amplifié, dans le cadre d'un concert, une soirée dansante, un spectacle de théâtre, un festival ou encore une brocante de quartier, voici ce que vous devez savoir sur la gestion des niveaux sonores telle que la prévoit la législation en vigueur en Région de Bruxelles-Capitale dès le 21 février 2018. 


Vous organisez un concert, une soirée dansante, un spectacle de théâtre, un festival ou encore une brocante de quartier ? A l’intérieur ou à l’extérieur, ces événements peuvent produire du son amplifié. 

Vous exploitez un café, un restaurant, un magasin, une salle de sports, un bowling ? Votre établissement diffuse peut-être de manière permanente ou occasionnelle du son amplifié. 

Vous êtes le gestionnaire d’une salle de fêtes, d’une maison de jeunes, d’un lieu communal loué ou mis à la disposition du public ? Que ces activités soient payantes ou gratuites, vous pourriez également être concernés par la production de son amplifié. 

La vie culturelle, les activités de loisirs, les manifestations festives et même le monde de la nuit sont indispensables à la vie sociale et au tourisme d’une ville. Soucieuse de préserver ces activités qui font son ADN, la Région bruxelloise s’adapte désormais à ces nouvelles habitudes et prévoit des règles spécifiques pour la diffusion du son amplifié dans les établissements ouverts au public.

L’univers musical s’est transformé. Le public a pris l’habitude d’écouter des volumes sonores de plus en plus élevés et les basses fréquences ont la cote. Désormais, la législation bruxelloise apporte un cadre légal clair à chaque pratique et à chaque acteur concerné.

Si vous produisez ou diffusez du son amplifié, voici ce que vous devez savoir sur la gestion des niveaux sonores telle que la prévoit la législation en vigueur en Région de Bruxelles-Capitale dès le 21 février 2018.

La législation fixe les conditions que tout gestionnaire ou exploitant doit connaître et respecter en fonction de la catégorie de niveau sonore qu’il choisit de diffuser. 

Accédez au guide ici >>>

Secteur artistique & culturel