KVS & Théâtre National | Toernee Capitale | Samenwerking NL/FR in Brusselse culturele sector

Voor het eerst zal het programma van de KVS en Théâtre National voor het seizoen 2015-2016 volledig hetzelfde zijn onder de noemer 'Toernee Capitale'. In de interviews naar aanleiding van de aankondiging ervan, wordt ook een stand van zaken opgemaakt van de samenwerking in Brussel over de taal- en gemeenschapsgrenzen heen. Op deze pagina verzamelen we enkele artikels.

Toernee Capitale! Één imaginair stadstheater, kvs.be Théâtre National en KVS zijn geen inherent Brusselse projecten zoals de Zinneke Parade, geen bicommunautaire projecten zoals het Kunstenfestivaldesarts, en ook geen federale projecten zoals BOZAR of De Munt. Neen, onze theaters, elk met zijn publiek en zijn werking, zijn de uithangborden van onze respectieve gemeenschappen. Toch besloten we met elkaar in zee te gaan. Tot op dat moment leefden we elk in ons eigen wereldje, op 150 meter van elkaar.

KVS en Théâtre National gaan voor fictieve fusie, Brussel Deze Week, 12 mei 2015. Dat iedereen dat intussen normaal is gaan vinden is een mooi voorbeeld van wat we al bereikt hebben. Ik werk vaak met jonge kunstenaars en die komen me steeds vaker zeggen dat ze ook een versie in het Nederlands willen maken om ook in Vlaanderen te kunnen spelen. Ook de politieke wereld langs Franstalige kant is enthousiast, al heeft dat bijvoorbeeld niet geleid tot steun in het kader van het Cultureel samenwerkingsakkoord tussen Vlaanderen en de Franse Gemeenschap. Terwijl we Tournéé General bovenop ons gewone programma deden en de investeringen voor boventiteling niet gering zijn.

Une saison capitale pour le KVS et le National, lesoir.be, 12 mei 2015.

La culture, best of Belgium, lesoir.be, 12 mei 2015. Editoriaal van Béatrice Delvaux La volonté et l’envie, visiblement irrépressibles, sont venues des artistes et des hommes et femmes de culture, du nord comme du sud du pays. Ce sont les fondateurs du KunstenFestivaldesArts qui ont imposé un festival d’avant-garde bilingue, il y a 20 ans exactement, à Bruxelles ; ou les créateurs de Passa Porta , maison de littérature « mixte ». Ou le duo Colinet-Goossens : leur Toernee capitale 2015-2016 est le fruit des Toernee générale qu’ils ont osées il y a 10 ans. [...] un accord culturel entre les deux communautés. Un passage à l’acte tardif mais très volontariste : le duo Milquet-Gatz reprend le flambeau de Laanan-Schauvliege en annonçant un premier projet concret commun (un festival des arts numériques à l’automne) et une dotation récurrente de 200.000 euros.

L’union entre le KVS et le Théâtre national : un geste fort, lalibre.be, 12 mei 2015. Jan Goossens : "Nous avons été pionniers en matière de rapprochement des Communautés. On est triste de constater que l’accord culturel enfin signé par Laanan et Schauvliege ne nous aide pas. C’est beau de Milquet et Gatz d’annoncer une première initiative avec un festival des arts numériques (LLB du 8/5) , mais ce serait mieux de soutenir d’abord des initiatives comme la nôtre, le Kunsten ou Flagey. Trop tergiverser dans l’application de cet accord ressemblerait à du sabotage." Colinet appuie : "Déjà sous la législature précédente, les ministres disaient que cet accord ne portait que sur des initiatives neuves. Cela me fait penser à ces échevins qui veulent créer leur propre festival pour pouvoir y mettre leur nom, plutôt que de soutenir ce qui existe. Notre Toernee, le Kunsten, etc., sont des projets courageux, indispensables mais très fragiles qu’il faudrait renforcer par l’accord culturel."

[...] Ce programme commun, si riche, est aussi une manière d’affirmer la force du théâtre face aux économies encore à venir. "En Flandre, souligne Goossens, nous avons déjà subi des fortes réductions en 2015. Le ministre Sven Gatz dit que cela devrait aller mieux, mais je vois bien que le gouvernement flamand prend de plus en plus de distance vis-à-vis de la culture et vis-à-vis de Bruxelles. Je crains donc des difficultés pour les institutions flamandes de Bruxelles. Le fait que les choses changent n’est pas un problème en soi, mais je reste convaincu qu’il faudra maintenir un financement public suffisant si on veut garder la qualité et la pertinence." Jean-Louis Colinet se dit "inquiet et vigilant" . " Inquiet pour les budgets de la culture bien sûr, mais inquiet aussi pour les justiciables, les demandeurs d’emploi, les malades. Tout ce qui concerne les droits des gens est attaqué par une politique de plus en plus thatchérienne. Les contrôles à l’improviste chez les chômeurs m’inquiètent autant que les budgets de la culture."

Jan Goossens: "A Bruxelles, une vraie politique culturelle n’est toujours pas possible", lesoir.be, 7 mei 2015. (enkel voor abonnees) Je ne suis pas pessimiste mais je me pose quand même des questions. La distance entre Bruxelles et les deux communautés qui l’entourent, devient de plus en plus grande. J’ai l’impression que le secteur culturel bruxellois, qui dépend toujours beaucoup de la Communauté flamande et de la Fédération Wallonie Bruxelles, risque de se trouver de plus en plus isolé. Le rapport de Bruxelles à ces deux communautés est de plus en plus compliqué. Une vraie politique culturelle bruxelloise n’est toujours pas possible. On sent une envie, une ambition pour les régions mais les outils institutionnels ne sont toujours pas là. Si on veut développer des projets créatifs à Bruxelles, il faut encore passer par les budgets du tourisme et d’autres solutions. Je ne dis pas qu’il faut exclure les communautés (certainement pas pour le Théâtre National et le KVS) mais cela ne suffit pas pour donner un vrai souffle et une ambition. Cela traîne. [...] Le plan culturel de 2009 avait une vraie vision pour le développement de Bruxelles. Six ans plus tard, les idées ne sont pas réalisées et ne sont pas sur le point de l’être. Il y a une certaine lenteur et une lourdeur par rapport auxquelles, après 15 ans, je ne peux que me poser des questions.

Artistieke & culturele sector Samenwerking